Coupe UEFA

Premier tour :

Phase de groupes :

Derniers articles de la rubrique

14 décembre 2005
L'équipe bis n'était pas à la hauteur...

Le Stade Rennais n'aura pas pesé bien lourd en coupe de l'UEFA. Après avoir pourtant laissé entrevoir de belles choses face à Osasuna (3e tour aller), l'un des six clubs français engagés dans cette compétition a chuté devant ses quatre adversaires du groupe G. Stuttgart, Donetsk, Bucarest et depuis ce soir Salonique ont été autant d'équipes à faire chuter les « Rouge et Noir ». En Grèce, Laszlo Bölöni avait choisi d'aligner une équipe bis - et très jeune, 21,5 ans de moyenne d'âge ! - histoire de faire souffler un peu les cadres (Edman, Källström, Monterrubio, Frei...) et de donner du temps de jeu aux habitués du CFA (Rochat, Sow, Nguema, Barbosa...). La partie démarrait très mal pour les coéquipiers de Sepsi - qui « fêtait » sa première apparition avec l'équipe première - puisqu'à la 4e minute de jeu, Rochat trompait Pouplin. Un but contre son camp d'entrée de jeu : pas l'idéal pour la confiance d'un joueur qui en a bien besoin... A la 38e, Christodoulopulos doublait la mise et permettait aux locaux de rejoinde les vestiaires sur ce score de 2-0 en leur faveur. En deuxième mi-temps, Briand réduisait la marque (70e) pour ce qui allait être le seul but du Stade Rennais dans sa poule. A cet instant, on retrouve quelques raisons d'espérer accrocher le match nul. Mais les vingt dernières minutes allaient tourner au cauchemar pour les Rennais. Trois buts encaissés, portant le score à 5-1. Un naufrage collectif pour des jeunes rennais qui se sont peut-être brulés les ailes sur ce match. Peu étonnant puisque Salonique est située au bord de la mer Egée....

1er décembre 2005
Cette fois, c'est fini...

Avec trois journées et autant de défaites au compteur, le Stade Rennais quitte la Coupe d'Europe retrouvée après plus de trente années d'absence. Hier soir, les « Rouge et Noir » étaient dans un jour sans, et n'ont pas réussi à inquiéter une équipe de Donetsk désormais qualifiée pour la suite de la compétition, ni à répondre aux attentes des 18 000 supporters rennais présents Route de Lorient. Maintenant, place au championnat dès dimanche avec la réception de Nice et, pourquoi pas, un nouveau ticket européen en fin de saison...

3 novembre 2005
L'expérience, l'efficacité : ce dont il a manqué aux Rennais

A Bucarest, comme face à Stuttgart, la jeune équipe rennaise a manqué d'expérience, de réalisme (le lot des grandes équipes). Difficile dans ces conditions de prétendre à un résultat positif. Inquiétant ? Non, pardi ! Un poteau, une barre, les « Rouge et Noir » n'ont pas été vernis. On peut toujours objecter en disant qu'il fallait les mettre au fond, certes, mais globalement, ce sont bien les Rennais qui ont dominé les débats. Et ont ainsi pu se rendre compte que dominer n'est pas gagner.

3 novembre 2005
Ça devient très compliqué...

Avec deux défaites en autant de rencontres, les choses se compliquent pour le Stade Rennais qui devra faire carton plein lors de ses deux derniers matches de Coupe UEFA, à domicile face au Shakhtar Donetsk puis en Grèce, contre le PAOK Salonique. Jeudi soir, les « Rouge et Noir », toujours privés de nombreux joueurs, se sont inclinés à Bucarest, contre le Rapid, sur le score de 2 à 0.

20 octobre 2005
Les Rennais restent sur leur « fin »

22 ans ! C'est la moyenne d'âge de la formation alignée d'entrée de jeu face à Stuttgart par Laszlo Bölöni. La faute à de nombreuses absences, qui ont certainement pesé lourd dans la balance : « je regrette qu'il nous ait manqué quatre ou cinq titulaires », souligne l'entraîneur rennais. Car, jeudi soir, il est incontestable que l'expérience a fait la différence dans cette rencontre. Au coup d'envoi, les "Rouge et Noir" affichaient 7 rencontres disputées en Coupe d'Europe, contre 127 pour leur adversaire d'un soir. Plutôt timorés en première période - il faudra attendre la 21e minute pour voir Monterrubio amener le danger dans la surface de réparation allemande - les Rennais se sont rués vers l'attaque au retour des vestiaires : « pendant la première mi-temps, j'ai eu l'impression qu'on respectait trop l'adversaire, c'était peut-être dû à notre jeunesse ou à notre manque d'expérience internationale. A la mi-temps, j'ai dit aux joueurs d'avoir plus d'audace, de mieux fermer les couloirs, de s'engager d'avantage dans les duels » analyse Bölöni. Mais, ni Monterrubio sur coup-franc (58e, 72e), ni Frei de la tête (73e), ni Didot d'une frappe des 16 mètres ne parvenaient à trouver le chemin des filets. Et que dire de l'occasion d'Utaka, seul au second poteau et idéalement servi par Briand, qui s'emmêlait les pinceaux (81e)... Dans le même temps, Stuttgart se montrait dangereux sur des contres. Le ciseau de Delpierre, repoussé par Pouplin, était poussé au fond des filets par Tomasson (88e). Deux minutes plus tard, Ljuboja transformait un penalty peu évident (90e), permettant à son équipe d'empocher les trois points dans les ultimes minutes de la partie...

29 septembre 2005
Rennes est qualifié !

Historique ! En allant chercher le match nul hier soir à Pampelune (0-0), et grâce à sa belle victoire du match aller Route de Lorient, le Stade Rennais vient de passer, face à Osasuna, pour la première fois de son histoire, le premier tour d'une compétition européenne. Comme face à Lens, les coéquipiers de Monterrubio, promu capitaine depuis la blessure de Jeunechamp, ont fait preuve d'une certaine solidité défensive. Annoncé comme déterminant, le mois de septembre aura réussi aux stadistes, avec huit points sur douze possible en championnat et une qualification européenne.Les Rennais sont désormais assurés de disputer quatre rencontres - deux à domicile, deux à l'extérieur - dans cette coupe UEFA, et connaîtront leurs adversaires mardi 4 Octobre.

15 septembre 2005
Rennes réussit ses retrouvailles européennes

1971 - 2005 : 34 ans... 34 ans d'attente pour le club « phare » de la Bretagne. 34 ans de disette européenne, 34 ans d'absence. 34 ans de trop finalement... Mais ça valait bien le coup d'attendre. En effet amis supporters, il est 21h passé et après plus de trente ans sans coupe d'Europe le Stade Rennais vient d'en terminer avec l'Osasuna Pampelune. Et de quelle manière ! Nos Bretons favoris se sont imposés sur le score de 3 buts à 1 !