11 novembre 2017 | à 15h46

« Des supporters fidèles et méritants »

Interview. Cinq ans après « Supporters du Stade rennais », Benjamin Keltz revient avec un nouveau livre plein d'humour sur les fans des Rouge et Noir. Dans « Supporters du Stade rennais, le manuel officieux », le journaliste raconte avec Owen Gourdin l'histoire du supportérisme rennais, dresse la listes des quinze commandements du supporter rennais, et revient sur les joueurs, les buts et les matchs qui ont marqué le public breton.

« Des supporters fidèles et méritants »

Stade Rennais Online : Benjamin, cinq ans après “Supporters du Stade Rennais”, pourquoi écrire un nouveau livre sur les supporters des Rouge et Noir ?

Benjamin Keltz : « Le premier projet, “Supporters du Stade rennais”, était un beau-livre. J’avais passé un an avec les fans rennais pour comprendre leur passion, la décrypter afin de la restituer au plus juste. Cet ouvrage était un plaidoyer pour ces mordus que l’on raille souvent. Certes, les aficionados rennais ne sont pas les plus chauds de France, ils sont cependant les plus fidèles et méritants. Entre un supporter et son club, il s’agit d’une histoire d’amour. À Rennes, les fans n’ont connu que deux grands orgasmes en 1965 et 1971... C’est peu et lointain. Bref, une relation platonique. Je suis comme tous les amoureux de ce club, ma foi est souvent ébranlée. Ce nouveau livre a été rédigé en réaction à la fin de saison dernière. Un coup pour rien. Un de plus. Ce ras-le-bol, je le ressens chez tous les fans. Du coup, j’ai monté une équipe pour faire un livre à mi-chemin entre le manifeste et le guide de survie. On parle sérieusement, mais avec le sourire du supportérisme rennais. C’est pour cela que nous avons sollicité trois dessinateurs pour croquer la passion rennaise… pour le meilleur et pour le pire. »

« Pire que de la frustration, le Stade rennais produit de la déception »

Qu’avez-vous appris sur les supporters rennais en écrivant ce livre ?

« Ce que j’avais pu vérifier lors du premier ouvrage s’est confirmé : les fans rennais sont fidèles et grincheux, mais surtout, fidèles. Dans le premier chapitre, nous revenons sur la genèse de l’attachement rennais pour son club et la manière dont la passion perdure. Quand j’entends que Rennes n’est pas une ville de foot, ça m’agace. Les Rennais, et même les Bretons puisque le Stade rennais a longtemps été le club de la région, ont toujours nourri une véritable passion pour ce club. Aujourd’hui, il ne rayonne plus qu’à une centaine de kilomètres autour de la capitale bretonne. Il n’empêche, la fidélité des fans est incroyable. Le second chapitre est composé des 15 commandements du fan. La dernière partie revient sur les 100 joueurs, les 20 matchs et buts qui ont marqué l’histoire du Stade rennais. Cette plongée historique parmi les plus belles stars et les plus beaux pieds carrés nous a permis de mieux comprendre l’évolution du club. »

Est-il si difficile d’être supporter rennais au point d’en faire un manuel ?

« Bien sûr que c’est compliqué. On ne choisit pas son club de coeur. On hérite souvent de la passion pour une équipe plutôt qu’une autre. C’est ainsi, nous, c’est le Stade rennais. On suit notre club pour vivre des émotions. Parce que c’est ça le foot : une machine à émotions collectives. On vient au stade pour avoir notre dose d’émotions. En 110 ans, les Rennais n’ont atteint le nirvana qu’à deux reprises. La dernière fois, c’était en 1971 donc. Je n’étais pas né. Mon père a assisté à la finale à Colombes avec le sien. Il avait… dix ans. A part quelques frissons contre Nantes ou en Coupe d’Europe, le Stade rennais a surtout généré de la frustration. En terme d’émotion, on a connu mieux. Pire que de la frustration, le Stade rennais produit de la déception. J’aime dire que le Stade rennais est le club shakespearien de Ligue 1. On y croit, on commence à bomber le torse fièrement et puis… patatras. Au dernier moment, on s’effondre. Ces désillusions fissurent notre attachement à ce club. Alors, oui, c’est difficile d’être un supporter rennais. Ça serait plus simple de s’improviser fan de Paris ou Barcelone… Mais, les vrais aficionados savent qu’on ne peut changer de club de coeur en un claquement de doigts. »

« Ce club a juste besoin d’ambitions »

Sur l’illustration de la couverture, une pancarte "C’est année, c’est la bonne !" est posée devant les supporters rennais. Le Stade rennais est-il condamné à ne rien gagner ?

« Cette pancarte est un clin d’œil à l’incroyable capacité qu’ont les Rennais à y croire tous les ans. Alors, en bon supporter rennais, je ne peux me résoudre à croire que le club ne gagnera jamais rien. De même que je me refuse d’accepter le discours des coachs et des dirigeants fatalistes quant au classement final de leur équipe. Comme si les budgets conditionnaient tout... Guingamp, Montpellier, Auxerre, Saint-Étienne… ont su chambouler la hiérarchie et gagner des titres ou accrocher la Ligue des Champions sans budget XXL. Pourquoi le Stade rennais n’en serait pas capable ? Ce club a juste besoin d’ambitions. En tant que supporter, si on arrête d’espérer, autant ne plus supporter son équipe. »

Dans le livre, vous dressez la liste des joueurs, des matchs et des buts qui ont marqué les supporters rennais. Quels sont ceux qui vous ont marqué ?

« On balaie toute l’histoire du club dans cette partie. Vincent, l’archiviste de l’équipe, nous a aidés à cerner au plus juste les joueurs et moments incontournables. Si je dois choisir parmi ce dico quelques extraits, je ne garderais que les bons souvenirs. Personnellement, j’ai adoré le match contre l’Atletico Madrid en 2011. Je vois dans cette rencontre la preuve qu’à Rennes, le stade peut s’embraser. C’était une vraie belle ambiance européenne. Côté but, je me souviens de ce bijou de Utaka contre Nantes en 2006. Un but de jeu vidéo où il fusille les Nantais à la Beaujoire. On attendait ça depuis tellement longtemps… Un joueur maintenant !? Difficile question. Je dirais Nonda puis Frei ont été des attaquants capables de soulever le public à eux seul. Ils étaient aussi bagarreurs que techniques. On en voit désormais trop peu des gaillards de cette trempe Route de Lorient. »

Le livre

Écrit par Benjamin Keltz et Owen Gourdin, avec des dessins de Bunk, RV et Eudes, « Supporters du Stade rennais, le manuel officieux » est sorti le samedi 4 novembre 2017 en librairie. Il peut également être commandé en ligne sur le site des Éditions du coin de la rue (13,90 €).

Vos réactions (15 commentaires)Commenter
anonyme3511 novembre à 16h21

belle analyse , beaucoup de lucidité et une belle réponse à ceux qui disent parfois sur ce forum : « si vous n’êtes pas content , allez supporter un autre club »
car oui, c’est pratiquement impossible de choisir un autre club , d’être ce que l’on appelait il y a peu , un footix....
Rennes , on tombe dedans souvent petit, on ne choisit pas ou rarement et même si effectivement il y a plus de frustration que de joies chaque saison ; on peut se détacher quelques temps du club, prendre du recul, mais rarement aller supporter un autre club ! On retombe vite dans la passion rennaise.

56 votes
|
Mururoa11 novembre à 18h55

Eh oui ! Rennes, on « tombe dedans ». Très jeune. Et malgré les coups de couteau, on continue à suivre l’aventure chaotique du Stade.

38 votes
|
Lulu Berlu11 novembre à 20h17

Et même après y être tombé dedans tout petit on y a toujours le droit,contrairement à Obelix et sa potion magique.

Perso ça a été lors de ma douzième année et la victoire en coupe en 1965 avec des noms à consonance étrangère qui pétaient à bloc pour un gamin de mon âge(Rodighiero,Ascencio ou autres Pellegrini !!).

17 votes
|
Pepette12 novembre à 00h45

Mais 20 clubs y croient tous les ans , tous disent cette année c’est la bonne.
Trois auront raison pour la relégation et quatre pour le titre et les coupes
nationales .
Il fut un temps ou petit budget , petites équipes pouvaient pouvaient créer
le rêve.....ce temps est révolu , le Qatar a besoin de reconnaissance il se sert de Paris et a mis son emprise sur le championnat Français , Monaco , Lyon Marseille sont dans l’aspiration parisienne , espérant une année faible de paris ou une certaine lassitude du Qatar quand il croulera sous les trophés ou après sa coupe du monde .
Quand on voit que des club mythiques les Sainté , Nantes et deux ou trois autres sont devenus des clubs de seconde zone , comme nous sans plus d’avenir, il est difficile de faire croire à des titres ou des trophés
Rennais dans les vingt prochaines années .
Ces ambitions Rennaises qui reviennent chaque saison font plus de mal au Stade Rennais ,qu’elles ne l’aident , elles font parti du mal être Rennais
auprès des supporteurs qui se laissent prendre au jeu et n’acceptent pas ensuite de voir leur club à la peine entre la 7em et 12 em place ,alors qu’elle est la ,la vraie place Rennaise .
L’ère Pinault a pérennisé le club en Ligue 1 , vouloir aller plus haut
c’est utopique.

Ca n’empêche pas d’avoir un bon Stade Rennais , de bon niveau , jouant les
troubles fêtes ,mais rien que pour cela il lui faut passer un pallier .
Avec Létang , Lamouchi ? pourquoi pas .

36 votes
|
Louis G12 novembre à 04h09

Benjamin Keltz m’a dédicacé le 02/11/2012 son livre "Supporters du Stade rennais « Après quelques échanges avec lui et lui avoir dit que cela faisait une bonne soixantaine d’années que j’étais supporter du Stade rennais il a écrit » A Louis...Les grands joueurs ont gagné des titres...Les grands supporters les ont connus...En espérant que le Stade rennais vous offre de nouvelles émotions comparables à celles de 1965 et 1971...Merci pour votre soutien. Grâce à des souscripteurs comme vous , ce livre existe" ...

22 votes
|
accro3512 novembre à 11h55

Aussitôt paru déjà acheté, Noel avant l’heure.
Pepette pourriez vous vous détendre un peu, on parle du livre et des supporters sur cette page.

20 votes
|
solos12 novembre à 13h12

Pepette parfaitement d’accord avec ton constat ! sauf pour letang et lamouuchi nous aurons l’occasion d’en reparler mais aussi de revenir sur l’excellent constat que tu fais. En ce qui me concerne je pense que l’ambition ça n’est rien sans les moyens qui vont avec. Et puisqu’on parles de supporter, le problème des rennais est surement de croire justement qu’ils ont du mérite à supporter leur club, qu’ils aillent supporter metz, troyes ou nantes, toulouse ceux là ont du mérite. C’est comme pour les analyses de match on oubli qu’en face il y a des équipe de l’élite française... Le fait est qu’on a un escrocs (et même deux, et je juge sur les faits) à la tête du club qui vendent de la poudre de perlimpinpin et que les supporters sont devenu consommateurs voulant toujours plus que ce qu’ils ont ! L’exemple gourcuff est flagrant en cela, tout le monde le voulait avant de finalement en faire un entraîneur « dépassé » et c’est là que je m’explique pour létang et lamouchi Pepette. Je pense que nous venons de virer le meilleur entraîneur avec boloni que l’on est eu mais on est pas capable d’apprécier ce qu’on a on est incapable de traverser une tempête sans hurler au loup... On veut faire le constat des supporter ? dans sa globalité ? (excepté les silencieux...) Alors faisons celui-là ! Même si celui-ci n’est pas vendeur de livre et ne fait pas dans la démago... Non nous n’avons pas plus de mérite à être supporter rennais que d’autres moins bien chanceux !

29 votes
|
Menfin12 novembre à 17h05

Voilà un bouquin qui arrive à point nommé pour consoler le supporter moyen. C’est un peu la madeleine de Proust, mais ça risque d’être bien inutile pour les supporters intégristes qui sont à l’origine du départ de C. Gourcuff et de la sale réputation qu’ils ont laissés à Guingamp !... Maintenant comptons les points avec Lamouchi qui hérite de la même équipe ...

25 votes
|
Pepette12 novembre à 17h10

« Ce club a juste besoin d’ambitions » voila accro 35 je suis en plein dans le livre .
Seulement jamais les ambitions Rennaises n’ont clairement été défini par
l’actionnaire qui en dépensant quand même beaucoup d’argent , n’a jamais
voulu s’entourer des meilleurs Techniciens et leurs confier un groupe haut de gamme chez les joueurs .
Le Qatar à fait ce que Mr Pinault pour qui j’ai beaucoup de respect devait
faire en rachetant ce club.., résultats : Paris Qatar à réussi immédiatement , Mr Pinault a échoué , tout ça au niveau des ambitions , je précise , parce qu’il nous laisse quand même un joli jouet , malheureusement mal géré par des gens moyens au niveau footballistique .
Donc Nils a tord de faire croire que les budgets ne conditionnent en vérité qu’une petite partie de la réussite des clubs et que les ambitions
peuvent remplacer les budgets XXL comme il dit .
Pas étonnant qu’a partir de ce genre de constat les supporteurs soient déçus chaque saison , on les remonte tellement bien qu’ils refusent la vérité qui est que leur club de coeur n’a pas les moyens des ambitions qu’on lui donne , que ce soit les médias ou les supporteurs eux même .
Ca installe une morosité qu’on ne retrouve effectivement pas à Guingamp , club qui sait ou il se situe et surtout le public aussi le sait et ce genre
de club vit bien en tout cas mieux qu"à Rennes , ou tout le monde tire « la gueule » car ils attendent mieux et mieux et toujours mieux .

22 votes
|
Padridg12 novembre à 20h15

Oui il faut être méritant quand on est supporter du stade Rennais encore plus quand on entend que courcuff est malheureux avec ses 50000 euros par mois.
Mais de qui ce moque t’on quand je ne touche que 1200 euros par mois.
Et que je sache à Nantes l’entraîneur n’à pas attendu 14 mois pour installer le fcn en haut du tableau.

27 votes
|
fred197213 novembre à 08h54

On part sur un sujet « autre » qui permet de détendre l’atmosphère et PAN les relous reviennent à la charge avec Gourcuff, Lamouchi, Pinault.....

Bravo pour le livre, une bible qui nous réuni c’est bien.

22 votes
|
anonyme3513 novembre à 09h47

non avoir un gros budget comme psg, monaco, marseille, lyon n’est pas une garantie de gagner un trophée !
sur les dix dernières années dominées par les clubs sus nommés :

lille, bordeaux et montpellier ont décroché un titre de champion de L1

Guingamp 2 fois,lille et bordeaux ont soulevé la coupe de France

St étienne et Bordeaux ont quant a eux décroché la coupe de la ligue...

Donc sur 30 titres , 9 ont échappé au quatuor millionnaire, soit un tiers ...
Il n’y a pas de fatalité dans le foot ! on aurait du gagner une coupe lors de ces dix dernières années !(les finales honteusement perdues sans jouer !)
A défaut cette année, je maintiens que la 5e place ( qui sera européenne) est dans nos cordes , tant les équipes se valent à partir de la 4 eme place.

15 votes
|
Mimilzola13 novembre à 12h18

« SUPPORTER LE STADE RENNAIS EST UNE RELIGION SANS PARADIS »
Bien belle phrase.J’avoue que je n’ai pas encore eu l’objet entre les mains mais c’est bientôt noël.Selon les auteurs,le stade rennais procure de la déception,de la frustration et j’ajouterais un certain fatalisme.Comme une sale petite sensation enfouie au plus profond de nous qu’on y arrivera jamais.Les saisons passent et on prend de l’age.Arriver à quoi d’ailleurs ?
Revivre ces émotions fortes qui nous ont fait tutoyer si rarement,à défaut du paradis,un petit morceau de ciel bleu.
La folle fin d’après-midi,de la gare à la mairie,accroché à la ridelle d’un camion à gueuler :"AUBOUR la coupe !" "KERU LA COUPE !"et voir AUBOUR,avec son accent du sud,chanter la paimpolaise,lui qui jouait à la pétanque avec des artichauts pendant la finale.
Avoir vu la folle classe de L.POKOU,un joueur de ce talent sous le maillot (d’un beau) rouge et noir.Impensable aujourd’hui.
Les années BOLONI,le match contre MADRID et quelques beaux joueurs quand même qui nous ont fait nous enthousiamer...Et trois finales perdues.Merde ! ça fait beaucoup.

13 votes
|
the miz13 novembre à 12h45

Sympas ce livre ! oui mon fred, toujours les défenseurs du breton.

On est un club moyen et je pense que ça ne changera jamais mais c’est pas pour ça que je vais supporter le Barça, le PSG, le Real ... trop facile.

On en chiera tous, même NILS ;)

16 votes
|
CondateFan13 novembre à 18h56

le livre qui, a mon avis, reflete au mieux les sentiments du supporter rennais fut ecrit, en 1948, par Samuel Beckett.Le titre : En Attendant Godot.
Nous, rennais,sommes tous des Vladimirs et des Estragons. Qui, jour apres jour, mois apres mois, saison apres saison, retournons au Stade avec l’espoir que, enfin, quelque chose de positif se produise.
Et on attend. Et rien ne se passe. Et on retourne. Et on attend. Et toujours rien. Et on attend. Et on attend. Et on attend...
Oh, attendez, le voila, c’est Monsieur Godot, il arrive, et il se cache sous les traits de Mr Lamouchi !
Cette fois, c’est sur. J’ai bonne espoir. J’y retourne. Des samedi contre Strasbourg.
Absurde, vous dis-je...

21 votes
|

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire ici
  • Votre commentaire sera publié après modération, sous réserve du respect des règles élémentaires d’orthographe, de syntaxe et de grammaire.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.