18 novembre 2013 | à 08h00

Le Stade rennais durant la guerre (2/2) : jouer au football dans la France occupée

Dans le rétro. En cette période de commémoration, Stade Rennais Online, après un premier article consacré à un Rouge et Noir mort lors de la Grande Guerre, Philippe Ghis, s'intéresse cette fois à la Seconde Guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, on ne s'arrêta pas de jouer au football route de Lorient. Mais dans la France occupée, organiser un match de football professionnel s'avéra parfois une tâche difficile.

Le Stade rennais durant la guerre (2/2) : jouer au football dans la France occupée

« Les voyages forment la jeunesse. Bien sûr. Qui pourrait en douter ? Demandez plutôt à ceux de nos sportifs qui eurent l’occasion de se déplacer aux quatre coins de la France et même à l’étranger pour y disputer des épreuves, ce qu’ils en pensent ». Ainsi commence l’article du journal L’Ouest-Éclair qui, le 10 janvier 1941, raconte le laborieux déplacement effectué quelques semaines plus tôt par le Stade rennais à Châteaubourg. Le journaliste explique ensuite que les stadistes ont du partir en train la veille au soir, afin d’arriver en temps et en heure au match auquel ils étaient attendus.

Des voyages de nuit

Dans cette France occupée depuis maintenant plus de six mois, les prix du carburant enflent, les transports sont désorganisés, et même un déplacement d’une vingtaine de kilomètres peut prendre l’allure d’un parcours du combattant. En octobre 1940, la rareté des trains oblige même les Rouge et Noir à voyager de nuit, pour se rendre à Sablé-sur-Sarthe. C’est en partie à cause de ces contraintes logistiques que, lors de la saison 1940-1941, le Stade rennais université club renonce à participer au championnat de France de football, et doit se contenter de compétitions régionales. D’où ces déplacements peu lointains à Sablé et Châteaubourg.

Déjà, en 1939-1940, la saison du Stade rennais s’était résumée à des matchs amicaux. Le championnat professionnel fut annulé, de nombreux joueurs étant mobilisés, y compris au SRUC. La plaque commémorative qui a été déplacée le 2 novembre dernier de la tribune Vilaine vers la route de Lorient rend hommage à trois d’entre eux morts au champ d’honneur : Auguste Avril, René Lenôtre et Antoine Monier. Évoquons également ici l’histoire singulière d’Anton Raab. Ce brillant joueur de l’Eintracht Francfort avait du fuir son pays, dans les années 1930, coupable d’avoir refusé d’exécuter le salut nazi avant un match. La carrière rennaise de Raab, qui s’était engagé avec le SRUC à l’été 1939, fut bien éphémère. Il vécut une grande partie de la guerre caché à Nantes. C’est au FCN qu’il reprit ensuite sa carrière en 1944.

Jusque 1945, le SRUC fut également amputé de ses joueurs retenus prisonniers en Allemagne. Parmi eux, l’Autrichien Franz Pleyer (devenu « François » pour l’état-civil, après sa naturalisation en 1936) était, depuis son arrivée en Bretagne en 1934, l’un des tous meilleurs défenseurs du club. De retour d’Allemagne en 1945, il devint entraîneur-joueur, et permit au Stade rennais de terminer en 1949 à la quatrième place du championnat, soit le meilleur classement de son histoire (égalé ensuite en 2005 et 2007). Plus généralement, le Stade rennais a été soumis pendant toute la guerre à d’insolubles problèmes d’effectif. Bien souvent, il a fallu faire appel à des joueurs d’autres équipes afin que le SRUC puisse aligner onze joueurs au coup d’envoi.

Deux équipes pour une ville

Le Stade rennais retrouve le championnat professionnel en 1941-1942, qui se dispute alors en deux groupes : celui de la zone occupée, et celui de la zone libre. Mais afin de satisfaire l’idéal nazi de participation du plus grand nombre aux activités sportives, Vichy finit par prendre des mesures destinées à encadrer le sport professionnel. Il est décidé que lors de la saison 1943-1944, les footballeurs professionnels seront désormais des fonctionnaires rétribués par les autorités compétentes. L’autre bouleversement consiste, conformément à la politique de réhabilitation des réalités provinciales, à fonder plus ou moins artificiellement seize nouvelles équipes, une par région, qui seront les seules équipes professionnelles en France. Dans ce championnat s’affronteront donc Toulouse-Pyrénées, Lyon-Lyonnais, Marseille-Provence, ou encore Rennes-Bretagne. Chaque équipe porte sur son écusson un symbole de sa région ; pour Rennes-Bretagne, il s’agit de l’hermine.

Il n’est en rien étonnant que Rennes ait été désigné pour accueillir l’une des seize nouvelles équipes professionnelles : il s’agit à cette époque de la grande ville du football breton. La concurrence du FC Nantes, justement fondé pendant la Seconde Guerre mondiale, ne survint que plus tard. En 1944, le tout premier match face au FC Nantes fut d’ailleurs remporté par les Rouge et Noir sur le score de 3 buts à 2.

Un sport toujours plus populaire

Dans tout cela, que devient donc le Stade rennais UC ? Il continue d’exister, mais doit se contenter d’un championnat national amateur, organisé avec les autres anciennes équipes professionnelles déchues. Parmi les joueurs qui évoluaient au SRUC jusque 1942, seuls quelques-uns sont restés fidèles au club désormais privé du statut professionnel. Une grande partie l’a quitté pour Rennes-Bretagne. Le Stade rennais se retrouve donc plus ou moins recréé sous la forme de Rennes-Bretagne, qui joue d’ailleurs sur le même terrain, route de Lorient. Les supporters ne s’y trompent pas : ils ne sont que quelques centaines pour encourager ce qu’il reste du Stade rennais UC, mais se pressent aux matchs de cette nouvelle formation censée représenter Rennes mais aussi l’ensemble de la région.

Il faut d’ailleurs remarquer que, tout au long de l’Occupation, le public est au rendez-vous en tribunes. Malgré la situation politique et matérielle, la pratique du sport et l’intérêt pour les compétitions de haut niveau se développent dans la France de Vichy. Le nouveau régime fait la promotion des activités physiques. Et puis, dans la France occupée, le sport est un moyen de passer le temps, d’oublier un peu ses malheurs. Ainsi, le 13 février 1944, 8500 personnes assistent au match entre Rennes-Bretagne et Lens-Artois, record de la saison.

Une confrontation amicale entre les deux équipes de la ville, le SRUC et Rennes-Bretagne, était prévue pour le 14 mai 1944. Mais le 8 mai, les bombes alliées anéantirent la ville de Bruz, faisant 183 morts. Le match fut annulé par crainte d’un nouveau bombardement. Quelques semaines plus tard, Rennes était libéré par les Alliés, et les seize équipes provinciales supprimées. Une fois parties les troupes américaines qui, après la Libération, avaient investi le stade de la route de Lorient, le Stade rennais retrouva le championnat de France professionnel.

Sources :
- R. Schetter, Le sport, la jeunesse et l’école vue par « L’Ouest-Éclair » sous
l’occupation (4 juillet 1940 - 4 juillet 1941)
, maîtrise d’histoire, 1996
- C. Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, Rennes, 1994
- Archives de l’Ouest-Éclair

Photo : Archives de Rennes, cote 255FI158.

Vos réactions (4 commentaires)Commenter
Louis G18 novembre 2013 à 12h04

Drôle d’époque où j’apprends qu’il y a eu 2 équipes à Rennes pendant la dernière guerre ; Rennes Bretagne et le SRUC plutôt marginalisé...c’est aussi l’époque où la Loire-inférieure est détachée de la Bretagne historique faisant de Nantes un concurrent en devenir !!...je ne connaissait pas non plus l’histoire de nos « Allemands » Anton Raab et François Pleyer avant et après cette douloureuse guerre qui aura fait 3 nouvelles victimes au Stade Rennais...

16 votes
|
fada2919 novembre 2013 à 16h50

Bonjour. Bravo pour cet article, toujours intéressant de connaitre le vécu du stade Rennais a ces époques. Des sportifs avec des caractères bien trempé je l’imagine car la vie ne devait pas être rose tous les jours.

10 votes
|
battjack20 novembre 2013 à 06h11

Article passionnant sur une partie de l’histoire de notre club pendant une période tourmentée que celle de l’occupation.

8 votes
|
mururoa20 novembre 2013 à 18h28

BRAVO pour cette page d’histoire que les moins de 70 ans ne peuvent pas connaître.

6 votes
|

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire ici
  • Votre commentaire sera publié après modération, sous réserve du respect des règles élémentaires d’orthographe, de syntaxe et de grammaire.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.