28 mai 2005 | à 11h32

Une défaite qui se fête !

L'arbitre jette un dernier coup d'œil à sa montre et siffle la fin du match. A Bordeaux comme à Monaco, il ne reste qu'une poignée de secondes. Tenu au courant de l'évolution des scores d'Auxerre, Saint-Etienne et Marseille, le banc rennais peut exulter à l'annonce des résultats définitifs. « Laszlo, c'est la délivrance ? » demande un journaliste. Le coach ne répond pas. Il ne peut pas, submergé pas l'émotion. Au bord des larmes, il parvient à lancer un cri de joie, peut-être de soulagement, avant de donner une accolade à Joaquim Preto. Restés sur la pelouse, les joueurs apprennent la bonne nouvelle et se dirigent à toute vitesse vers leur public. Disséminés par milliers dans le stade (dont une bonne partie dans l'espace « visiteurs » plein à craquer), les supporters participent à la fête et sont salués comme ils se doivent par les « Rouge et Noir ». Du manager général Pierre Dréossi aux joueurs en passant par François Pinault : c'est tout un club qui fête cette place de quatrième...

La feuille de match

Paris 1 - 0 Stade Rennais
- 38ème journée du championnat de France de Ligue 1 - Orange
- Samedi 28 mai 2005 à 20h00

- Parc des Princes
Affluence : 43 911 spectateurs

- Temps ensoleillé
- Pelouse en très bon état

Arbitre : M. Duhamel

But : Pauleta (52ème) pour Paris

Cartons jaunes : Badiane (27ème) et Cissé (29ème) pour Paris ; Bourillon (41ème) Rennes

Stade Rennais FC : Isaksson - Sorlin, Faty, Ouaddou, Jeunechamp - Didot (Gourcuff, 87ème), Bourillon - Maoulida (N’Guéma, 87ème), Källström, Monterrubio - Frei.

Paris SG : Letizi, Mendy, Badiane, Cana, Armand - M’Bami, Cissé, Rothen, Semak - Pancrate (Haddad 77ème) et Pauleta (Ljuboja 86ème).

Le film du match

14ème minute : Un coup-franc rennais trouve la tête de Didot mais son ballon passe au dessus des buts parisiens.

28ème minute : Profitant d’un cafouillage dans la défense adverse, Frei récupère le ballon et se retrouve face à Letizi. Sa frappe est trop timide pour inquiéter le portier parisien qui s’interpose.

52ème minute (1-0) : Belle passe de Rothen dans le dos des défenseurs rennais qui trouve Pauleta. Dans un angle difficile, l’“Aigle des Açores” trompe Isaksson.

56ème minute : Centre fort de Pauleta repoussé des poings par Isaksson.

Statistiques

Paris : 10 frappes, dont 4 cadrées
Stade Rennais : 5 frappes, dont 3 cadrées

Réactions

Laszlo Bölöni (entraîneur rennais) : « je suis heureux et content car ma philosophie dans la vie, c’est de donner, et samedi mon équipe a encore réussi à donner quelque chose à ses supporters. Lors des trois derniers matches, ce qui s’est passé avec le public de Rennes a été fantastique. Samedi soir, j’ai senti de la solidité en défense mais on a été trop sages. A 0-1, j’ai compris que nous ne pourrions pas espérer mieux qu’un nul. Sur la durée, on peut dire qu’on a été plus intelligents que d’autres. Parmi les quatre premiers, on est la deuxième surprise derrière Lille. Mais la défaite de samedi soir doit aussi nous encourager à garder les pieds sur terre. Pour l’an prochain, il faudra plus de solidité et plus d’expérience. Pour moi, c’est un signe qu’il faut continuer à se renforcer. Je sais exactement ce qui nous manque pour avoir une équipe encore plus solide. Je n’ai pas de certitudes sur mon avenir mais il me reste deux ans de contrat et je suis bien à Rennes. »

Alexander Frei (attaquant rennais) : « j’aurais aimé qu’on termine sur autre chose qu’une défaite. Mais Rennes a quand même le meilleur buteur, le meilleur passeur et termine quatrième. Ce n’est pas une saison parfaite mais c’est une très, très bonne saison pour le Stade Rennais. Meilleur buteur, ce n’est pas la chose la plus importante du monde mais je suis d’un côté fier et de l’autre je remercie mes coéquipiers. En Suisse, on est surtout considéré comme un pays de bons skieurs, voire comme un pays qui produit parfois de bons joueurs de tennis. Alors c’est une fierté de faire progresser un peu l’image du football suisse. Si c’est ma plus belle saison ? Non, j’espère qu’elle est à venir. Je crois que les gens se souviennent plutôt quand vous gagnez des coupes et des championnats. La saison prochaine sera intéressante à vivre et l’attente sera encore un peu plus grande à mon égard. Je ne vais pas vous dire si je serai là ou pas maintenant, ce n’est pas mon genre. »

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire ici
  • Votre commentaire sera publié après modération, sous réserve du respect des règles élémentaires d’orthographe, de syntaxe et de grammaire.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.