1er mai 2013 | à 10h35

Un œil dans le rétro : Olivier Echouafni

En marge de la rencontre opposant le Stade rennais à l'OGC Nice, pour le compte de la 35e journée du championnat de France de Ligue 1, Stade Rennais Online vous propose de revisiter la carrière d’une personnalité commune à l’histoire des deux clubs, en l’occurrence celle d'Olivier Echouafni.

Un œil dans le rétro : Olivier Echouafni

Droit au but

Né le 13 septembre 1972 à Menton dans les Alpes-Maritimes, Olivier Echouafni rejoint rapidement Monaco, où il n’arrive pas à percer. En effet, les portes du centre de formation de la Principauté lui sont fermées, si bien qu’il part exprimer ses talents à Roquebrune-cap-Martin, un petit club amateur des Alpes-Maritimes. En parallèle, il continue ses études et décroche sa maîtrise en STAPS quelques années plus tard. Entre temps, il est contacté par l’Olympique de Marseille, alors qu’il n’est âgé que de dix-huit ans seulement. D’origine marocaine par son père, Olivier Echouafni effectue ses débuts professionnels lors de la saison 1994-1995. Reléguée en seconde division à la suite de la célèbre affaire VA/OM, l’équipe phocéenne court désormais après son lustre d’antan. Le jeune milieu de terrain relayeur en profite alors pour s’imposer dans la bande des « Minots », et participe pleinement à la remontée du club en D1. Pour son premier chapitre chez les professionnels, « Chouf » obtient le titre de Champion de France de Division 2. Dans la foulée, Olivier Echouafni découvre l’élite le 9 août 1996, lors d’une belle victoire marseillaise face à Lyon (3-1). Garçon intelligent, humble et travailleur, il se forge une excellente réputation de joueur à Marseille, où il passe finalement cinq saisons. Sur la Canebière, il a disputé 102 matches au total et marqué huit fois. Il est ensuite transféré à Strasbourg à l’aube de l’exercice 1998-1999. Joueur au toucher de balle soigné et au jeu de tête efficace, Olivier Echouafni s’affirme rapidement en Alsace. Douzième pour sa première saison avec le RCS, il se montre précieux dans l’entrejeu alsacien, via un bon sens du placement et une belle vision du jeu. Buteur à trois reprises au cours de la saison, l’ancien marseillais s’est également distingué par un abattage monstre en milieu de terrain. Dans sa belle foulée, le Racing Club de Strasbourg se maintient tranquillement parmi l’élite hexagonale. Joueur généreux dans l’effort, il est un relais sur et en dehors du terrain. Puis, au terme d’une très bonne deuxième saison à Strasbourg, qui voit le club se hisser dans la première moitié du tableau de la D1 (9ème), Olivier Echouafni décide de quitter l’Est de la France (63 matches de championnat pour 12 buts). Joueur d’expérience et de caractère, il rejoint ainsi le Stade rennais à l’été 2000 pour un transfert dépassant le million d’euros (1,20 M€ ).

Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas

Pour son premier match sous la tunique rouge et noire, le SRFC et Olivier Echouafni ramènent un bon match nul de leur déplacement à Lyon (2-2). Ce soir-là dans le Rhône, Rennes joue dans un schéma tactique en 4-5-1. Le natif de Menton excelle alors dans l’entrejeu stadiste, aux côtés de Stéphane Grégoire, Philippe Delaye, Vander et Jocelyn Gourvennec. Buteur à Monaco lors d’une victoire rennaise sur le score de deux buts à un, le club breton se situe au milieu du classement après vingt-et-une journées. Alternant le bon et le moins bon, l’équipe de Paul Le Guen se distingue surtout à l’extérieur et peine au stade de la route de Lorient. Encore buteur à Guingamp lors d’une victoire historique six buts à un, c’est un système en 4-4-2 qui convient finalement le mieux au groupe. Après plusieurs essais infructueux, le breton de Pencran a enfin trouvé la bonne recette. Quelques semaines plus tard, le SRFC s’impose à Auxerre (1-0) grâce à un but de Severino Lucas. Par le biais de cette victoire, le club breton vainc le signe indien, en s’offrant un premier succès à l’Abbé-Deschamps. Le club phare de la Bretagne stoppe ainsi sa terrible série de dix défaites et un nul dans l’Yonne. Avec vingt-sept points glanés sur quarante-huit possibles hors de leurs bases, le festival des étonnants voyageurs rennais s’est poursuivi à Auxerre : « Ça restera dans l’histoire du club » glisse malicieusement Olivier Echouafni. Le SRFC termine finalement à la sixième place de D1. D’un point de vue individuel, Echouafni s’est imposé comme un titulaire indiscutable en milieu de terrain. Avec trente-trois matches joués et trois buts en championnat, il a démontré toute l’étendue de son énorme potentiel. À l’orée de la saison 2001-2002, Paul Le Guen passe le témoin à un autre entraîneur breton, en l’occurrence Christian Gourcuff. Titulaire lors du match aller contre Aston Villa (2-1) en Coupe Intertoto, c’est Olivier Echouafni qui fait les frais du premier match catastrophique du SRFC en championnat. Défaits sur le score de cinq buts à zéro face à l’AJ Auxerre de Djibril Cissé, auteur d’un incroyable quadruplé, les protégés de Gourcuff ont été ridiculisés à domicile. Remplacé à l’heure de jeu par Jocelyn Gourvennec, « Chouf » n’a pas réussi à tirer son épingle du jeu. Malgré des débuts délicats, le Stade rennais se refait petit à petit la cerise. Mais dans l’entrejeu, le tacticien finistérien du Hanvec préfère les jeunes Yoann Bigné, Gaël Danic, Cyril Yapi ou encore l’expérimenté Christophe Le Roux. De ce fait, Olivier Echouafni n’a pas souvent l’occasion de se mettre en valeur. Sauf à de rares exceptions, comme lors d’une victoire face à Guingamp ( 2-1). Pire, il est même victime d’une rupture des ligaments croisés en décembre 2001. Une blessure qui lui vaut d’être arrêté durant huit mois. Pendant ce temps, Rennes lutte pour son maintien en championnat. En parallèle, le club breton est éliminé en demi-finale de la Coupe de la Ligue par Lorient (0-1), sur une réalisation de l’ancien attaquant rennais Jean-Claude Darcheville. Heureusement, le SRFC assure malgré tout l’essentiel en renouvelant son bail en D1, malgré quelques frayeurs tout au long de la saison. De son côté, Olivier Echouafni n’a disputé que la bagatelle de dix-huit matches, et n’a pas pu confirmer sa belle première saison en Bretagne.

Stade rennais, saison 2001-2002

« Victime » des maux bretons »

Avec l’intronisation de Philippe Bergeroo comme entraîneur du SRFC, à l’aube de l’exercice 2002-2003. Olivier Echouafni ne joue pas beaucoup plus, et ronge son frein avec l’équipe réserve. En déplacement à Brive avec l’équipe de CFA, il évolue ce jour-là aux côtés de Julien Féret, Étienne Didot, Mickaël Citony ou encore Grégory Bourillon. À cette époque, l’ancien strasbourgeois mange son pain noir. Dans le même temps, le début de saison du SRFC est catastrophique. La cote d’alerte est déjà dépassée, et un vent de pessimisme souffle sur la cité rennaise. Lanterne rouge du championnat et montrée du doigt par la France du football, le prétendu porte-drapeau breton fait honte à ses plus fidèles supporters. Les recrues estivales Georgi Ivanov, Gabriel Loeschbor, Andrés Fleurquin et consorts affichent un niveau de jeu lamentable. Pire, Olivier Echouafni est absent des terrains pendant de longues semaines. Ce qui contraint l’entraîneur breton à faire appel à la jeune garde rennaise, composée d’Etienne Didot, Makhtar N’Diaye et Stéphane N’Guema (18 ans), pour ne citer qu’eux. Le bateau coulant à flot depuis quelques semaines, Philippe Bergeroo est limogé, laissant sa place à Vahid Halilhodžic. Sous la houlette du technicien bosnien, Olivier Echouafni retrouve un temps de jeu plus conséquent. Sous son impulsion, le club se redresse petit à petit, et enchaîne même une série de cinq succès consécutifs. Intronisé parfois Capitaine, comme à Schiltigheim en Coupe de France, Olivier Echouafni est enfin débarrassé de ses problèmes physiques. Victorieux à l’arrachée de courageux alsaciens (CFA2), le SRFC se qualifie même pour les demi-finales de l’épreuve reine hexagonale, et ce pour la première fois depuis 1986. Mais défait par Auxerre (2-1), le parcours stadiste se termine au pied de la finale. Pendant ce temps, le SRFC file tout droit vers la Ligue 2. Autoproclamé « faiseur de miracles », Vahid Halilhodžic a cassé sa baguette magique depuis longtemps déjà. Heureusement, le Stade rennais réussit à conserver sa place parmi l’élite. D’un point de vue individuel, Olivier Echouafni a disputé dix-neuf matches de championnat et marqué une fois. Avec l’arrivée de László Bölöni à la tête du club breton, son avenir en « Rouge et Noir » s’assombrit encore plus. Le natif de Menton décide alors de résilier son engagement avec le SRFC en juin 2003, alors qu’il lui reste encore une année de contrat.

Very « Nice » trip

Le milieu défensif prend ensuite la direction de la promenade des Anglais, où il signe un contrat de deux ans. À Nice, il s’impose rapidement comme l’un des moteurs de l’équipe azuréenne. Joueur polyvalent et travailleur, sa détente verticale ainsi que son sens du placement font toujours merveille sur l’ensemble des terrains de France. Avec le maillot des « Aiglons », Olivier Echouafni se sent comme un poisson dans l’eau. Réputé pour ses nombreux buts sur les coups de pied arrêtés, sa principale qualité reste bien entendu son jeu de tête, très largement au-dessus de la moyenne des joueurs de Ligue 1. Devenu un pion essentiel de l’entrejeu niçois, sous l’égide d’un certain Frédéric Antonetti, il redonne un coup de peps à sa carrière sur la côte d’Azur. Au final, « Chouf » dispute sept années à Nice, entre 2003 et 2010. Le point d’orgue de la carrière de l’une des icônes du bouillant Stade du Ray, restera d’ailleurs la défaite en finale de la Coupe de la ligue, face à Nancy en 2006 (1-2). Capitaine de l’OGC Nice durant ses trois dernières saisons au club, il a même retrouvé une seconde jeunesse sous la coupe d’Éric Roy, au cours de l’exercice 2009-2010. Toujours pondéré et respectueux des valeurs du sport, « Chouf » met finalement un terme à sa carrière à l’issue d’une rencontre disputée au stade du Ray face à Saint-Étienne. Alors âgé de trente-sept ans, l’ancien marseillais a fait preuve d’une rare longévité au plus haut niveau. Leader d’équipe, sa carrière impose le respect. En grand professionnel, Olivier Echouafni n’a pas oublié d’apporter ses précieux conseils aux jeunes pousses niçoises. Dix-sept années de carrière, pendant lesquelles il a démontré une hargne de tous les instants. Titulaire dans tous les clubs où il est passé, il a disputé 390 matches de première division et trente-et-une rencontres de Ligue 2. Retraité des terrains, « Chouf » poursuit ensuite une formation pour obtenir le diplôme d’entraineur professionnel de football (DEPF). Habitant près de Menton, l’ancien milieu de terrain international espoirs donne ensuite naissance à un stage de football pour des enfants âgés de huit à treize ans, à Isola dans les Alpes du Sud. Stagefoot 06 est ainsi géré par Olivier Echouafni et Lionel Letizi, son ami de toujours.

Sa carrière en bref

Joueur :
1994-1998 : Olympique de Marseille
1998-2000 : RC Strasbourg
2000-2003 : Stade rennais FC
2003-2010 : OGC Nice

Sources :
- Wikipedia
http://www.ogcnissa.com
- Archives Ouest France

Sources photos :
srfc.frenchwill.fr

Vos réactions (51 commentaires)Commenter
Louis G1er mai 2013 à 12h11

Le parcours d’Olivier Echouafni nous montre que le parcours professionnel d’un joueur tient à peu de chose...si Paul Le Guen ou encore Vahid Halilhodzic était resté plus longtemps comme entraineur au Stade rennais ; ce joueur sobre et travailleur aurait fait un long bail chez nous...tel n’a pas été le cas et nous avons eu à peine le temps de faire connaissance !!...

Bibi peau de chien1er mai 2013 à 12h31

Rien à voir avec les tribulations du foot & les rumeurs de recrutement .
Simplement je veux revenir sur la POLEMIQUE IDIOTE que certains ont entretenue au sujet des spécificités des villes de Brest & Rennes : allant jusqu’à souligner que Brest avait malheureusement été plus détruite pendant la guerre , sous-entendu plus que Rennes , & patati , & patata . .
D’autres traitant bêtement Brest de ville pourrie ( ? ) .
Un peu de mesure , s.v.p.
Pour les amateurs d’ Histoire & de Vérité , je signale que Rennes fut également très meurtrie , entr’autres le 17 Juin 40 par un bombardement Allemand sur la voie ferrée de la Plaine de Baud , où se côtoyaient malencontreusement des trains , un de réfugiés ( du Nord , sans doute ) , un de militaires ( Anglais & Français ) & même un de munitions . L’aviation Allemande ne fut pas du tout gênée par une défense quasi inexistante ; ce fut un véritable carnage , il y eu des milliers de tués - civils & militaires - le nombre exact fùt & reste très difficile à dénombrer !
Par la suite , Rennes subit de graves dommages ( Années 42 à 44 ) par les bombardements Alliés avec encore de nombreuses victimes civiles ! Les puristes peuvent se rendre sur Google : « Bombardements de Rennes » .
Tout ceci pour dire qu’en dehors du Foot , il y a aussi des événements importants de la vie - & de la mort - & aussi que les 2 Cités Bretonnes
ont leurs avantages & leurs inconvénients & ont toutes deux droit à la considération .
Il s’ensuit pour revenir au foot , le constat de la descente pratiquement inéluctable de ce Club Finistérien - que je déplore - & le souhait pour le Club Rouge & Noir d’un meilleur avenir , mais là c’est au dirigeants de faire enfin & sérieusement le nécessaire !
Bon 1 er Mai - & pour la suite , bonheur à tous .

1er mai 2013 à 15h59
Bibi peau de chien1er mai 2013 à 17h24

Salut & merci à l’inconnu / anonyme ( dommage ) de 15 h 59 qui joint des images d’archives ( INA ) , relatives à cette période noire de l’Histoire déjà ancienne - enfin pas si lointaine cependant - .
On est loin des réalités du foot .
Pour ma part , - moi qui ai voulu évoquer & commenter les polémiques soulevées par les comparaisons des 2 cités Bretonnes , je ne pensais pas que ce rappel d’événements amènerait à la mise en ligne de ces images certainement ignorées d’une majorité des participants à ce forum - , je pense que c’est la démonstration que dans la Vie , il n’y a pas que le Foot avec ses joies & ses déceptions .
Bien entendu , certains trouveront ces rappels incongrus & même déplacés ; c’est leur droit absolu & finalement nul n’est obligé de s’y reporter .
Après tout il n’est pas interdit de mettre en parallèle les activités sportives & celles de la vie courante en s’instruisant par la même occasion .
Simplement , on est dans un autre niveau ; mais n’est-ce pas mieux que de s’invectiver parfois de façon stérile & brutale .

fada291er mai 2013 à 18h30

Bonjour.ECHOUAFNI,le genre de joueur qui fait beaucoup de bien dans une équipe,une longue carrière ça ne s’achète pas,le sérieux..........bonne continuation.

rodsrfc1er mai 2013 à 22h38

Pour info l entraineur actuel du bayern est libre en juin prochain... pour monsieur pinault c est pas tres cher....il aurait au moins une oeuvre d art de plus dans sa collection

Korrigan2 mai 2013 à 08h41

Heynckes irait en sélection nationale (rumeur) donc c’est Low qui serait libre... mais cela me va bien aussi. Un peu de rigueur germanique ne ferait pas de mal à notre club...

djamatiko2 mai 2013 à 11h09

Heynckes ou Lowe au Stade Rennais ?
Redescendez sur terre, nous n’avons ni les moyens économiques, ni les ambitions sportives pour attirer ce genre d’entraineurs...

2 mai 2013 à 12h42

Je ne pense pas que cette suggestion était sérieuse...

mika352 mai 2013 à 13h51

info------domenech est actuellement sur rennes

The Breizh2 mai 2013 à 14h05

On a vraiment pas besoin de Domenech comme entraineur il sait pas gérer les groupes dixit euro 2008 et mondial 2010

Isaac2 mai 2013 à 15h12

j espere que c est une plaisanterie....pas de domenech a rennes ! beaucoup trop mou dans sa facon de manager !!! ce serait une catastrophe à mon sens !!!

2 mai 2013 à 16h54

boye vers Liverpool !perso jaimerai bien un entraineur allemand aussi !pkoi pas lancien entraineur de tours peter zeidler ?

le breton du 762 mai 2013 à 17h05

vive la moralisation moralisatrice, donc on ne peut plus dire que l’on trouve une ville moche. Et pourtant ce n’est que l’avis d’une personne vivant, soit disant, en démocratie. Et le pire c’est que même des brestois le dise de leur ville.

Korrigan2 mai 2013 à 19h01

L’idée de Low ou heynckes était évidemment du domaine du fantasme...
Le breton stp change de disque.. non ? parlons d’autre chose cela évitera les querelles stériles.

2 mai 2013 à 19h53

Si boye part à Liverpool je suis pété de rire pendant 2 mois.
Quand j’ai vu sa sur foot mercato j’ai rigolé.
Boye a le niveau pour la L1 pas pour la 1ere division anglais.

rocheteau352 mai 2013 à 22h29

Bonsoir à tous
Ca fait 3 semaines que je vous dit que si Dréossi reste il veut Domenech source interne au club !!!!!!!
Faut y aller Dimanche avec des Dréossi dehors sinon on se paye Domenech....
La je viens plus sur le site !

galettes saucisses2 mai 2013 à 23h29

désolé avec plusieurs , je prefere domenech , a le guen ou jean tigana , il a l’expérience de haut niveau , la culture de l’echec ,aime la bretagne, ancien SELECTIONNEUR de l’équipe de france ou il s’est fait TORPILLE par ses joueurs pour les protéger , maintenant si le stade trouve mieux ,TEMPS mieux . DORIA

Mr S3 mai 2013 à 09h04

Je viens de lire dans la presse que Féry le président de Lorient va sensiblement augmenter le budget de Lorient , vous avez bien lu Féry ! alors que notre pingre de Pinault lui va le baisser . Lorient qui va surement gagner cette année la coupe de France va avoir l ’année prochaine un budget supérieur à Rennes , alors arrètez un peu avec Dréossi ou autres , celui qu’il faut foutre dehors c’est Pinault , il y a quand mème moyen de trouver quelqu’un d’aussi motivé que Féry pour pousser Rennes un peu plus haut non ? Avec Pinault on arrivera jamais à rien .... Quel boulet !

3 mai 2013 à 09h06

ouais et puis féry il n’est pas mutimilliardaire en plus , mais a des ambitions .

djamatiko3 mai 2013 à 09h44

Je ne pense pas que Domenech soit si mauvais que certains le pensent. Mais je ne le vois pas entrainer le Stade Rennais.
Nous avons des joueurs assez jeunes qui ont besoin d’être « recadrés » régulièrement. On a bien vu en 2010 que le discours de Domenech ne passait pas auprès de la nouvelle génération.
Il nous faut un coach de caractère. Antonetti en avait mais le jeu qu’il a essayé de mettre en place était trop stéréotypé.

the miz3 mai 2013 à 11h28

J’ai aimé le joueurs mais le commantateur sur Bein bof.
Sur Féry Heureusement qu’il n’est pas milliardaire sinon ça la foutrait mal, Lorient une ville moyenne supérieur au club phare de la région et de la « grande ville ».les boules !!!!!! mdr
Le problème numéros un c’est Pinault, ensuite vient Dreossi puis le chien chien Saturnin :) mais bon chut,surtout ne pas toucher aux icônes.
Paradoxalement je ne suis pas contre la venue de Domenech a condition que celui ci obtient des moyens financier pour recruter mais là je rêve.

3 mai 2013 à 11h28

Pour rebondir aux propos de Mr S, Loic FERY et louis NICOLLIN ont une fortune estimée à environ 120 millions d’euros soit ....1% de celle de la famille PINAULT qui, au passage, était en 2012 au 59ème rang des fortunes mondiales (Abramovitch lui est seulement 68ème).
Même si je ne suis pas partisan de voir débouler dans un club comme Rennes des joueurs surpayés, je crois aussi qu’il faudrait un juste milieu dans ce club et que l’actionnaire devrait se montrer un peu plus généreux et permettre d’acquérir les 2 ou 3 bons joueurs (pas des stars) qui permettraient au club de passer un cap.
Mais, aujourd’hui, tout le monde sait que cela ne se fera pas et que les acquisitions à venir seront faites en Ligue 2 ou au niveau de joueurs africains évoluant dans des clubs mineurs à l’étranger (exemples de GHILAS ou CISSE au Portugal)...en espérant ensuite une revente avec une belle plus value !!
c’est cela le stade Rennais aujourd’hui et il faudra s’en contenter ou accepter de faire un peu de route tous les 15 jours pour aller voir Nantes ou Lorient.
J’avoue être un peu fatigué de cette situation (je ne parle même pas de la communication inexistante des dirigeants depuis 15 jours) et je crains que cette lassitude ne soit un sentiment prédominant chez beaucoup de supporters qui finiront par se détourner du club.
En ce moment, c’est le danger qui guette le Stade Rennais et les dirigeants feraient bien de réagir avant qu’il ne soit trop tard !

The Breizh3 mai 2013 à 12h13

C’est sur que si Lorient a un budget supérieur au notre l’an prochain alors que notre actionnaire principal est Pinault qui est un milliardaire et eux Féry c’est juste inadmissible. Si La famille Pinault l’avait réellement voulu ça ferait longtemps que Rennes serait devenu un grand club au niveau national. Lorsqu’on garde Dréossi alors quand 11ans il a rien gagné et en plus de ça on lui offre un contrat à vie avec un CDi . C’est normal de stagner car dans ce club au aucune personne au niveau des dirigeant se remet en cause.Lorsqu’on sait que Laurent Blanc avait déposé sa candidature avant qu’il la retire à cause d’un manque d’ambition financiere : Tout est résumé

francky353 mai 2013 à 16h40

sa fait 15 jours qu’on entend tout et n’importe quoi attendons de voir on ne connais pas encore le budget ni de rennes ni de Lorient et puis qu’importe le budget c’est les hommes en place qui compte la preuve Montpellier a été champion avec un budget inferieur a rennes moi ce que j’attend de voir c’est véritablement de voit ce qui va réellement se passez maintenant au stade comment on repart et avec qui staff joueurs et surtout motivation pas ambition mais motivation

3 mai 2013 à 18h20

quand je vois linteret de lille de s’interresser a des joueurs du championnats australiens et que nous on reste dans le possible recrutement de joueur africains(cisse,ghilas) ca me fout les boules !
il ya des joueurs enormes la bas,comme par exemple un joueur qui se nomme dario vidosic qui est tout simplement enorme !un milieu de terrain qui depasse le niveau dun feret en forme !
aussi en mls des joueur comme fredy montero qui est enorme !
en europe de jeunes attaquants finlandais au potentiel incroyable comme dalla valle !!
le finlandais

Mr S3 mai 2013 à 18h57

Francky 35, Dréossi l’a dit plusieurs fois, le stade rennais aura un budget plus restreint , il l’a dit entre autre le soir de la finale après le match . La fortune de pinault , d’après ce que je viens de lire est 100 fois supérieure à celle de Féry par exemple , ça te fout pas les boules ? il n’investit plus rien , si tant est qu’il est déja investi ! , il n’est jamais au match , qu’il se casse . c’est lui le tocard . Un petit bonjour à mon ami the miz.

3 mai 2013 à 19h03

Je me rappelle d’une émission radio ou les journalistes , Courbis en tète se demandait à quoi jouait Pinault , lui qui à les moyens de s’offrir des titres , mais qui ne veut pas dépenser un centime ! ils disaient mème que c’était lui qui faisait enormément de mal au stade rennais car de la part d’un homme aussi fortuné on est en droit d’attendre beaucoup mieux .ça pose question effectivement si peu d’investissement !

3 mai 2013 à 19h26

Laurent blanc pourtant très intéressé, retire sa candidature devant le manque d’ambition financière du stade rennais ! Pinault craches ou dégages , y en a marre des loosers comme vous .

Syracuse3 mai 2013 à 19h34

Voila le seul match qu’il faut gagner avant la fin non pas pour redorer nôtre blason, celui ci étant bien pâle en cette fin de saison.
GAGNER ce match donc, pour remettre les pendules à l’heure. Souvenons nous qu’à l’aller, ce fut un vol manifeste avec une équipe Niçoise odieuse, truqueuse, malsaine... En tout cas moi je l’ai encore en travers.
Alors messieurs les Rouges et noir s’il vous reste un peu d’honneur, montrez nous que vous êtes capables de clouer le bec des Aiglons et par la même, leur plomber cette fin de championnat !

Syracuse3 mai 2013 à 19h41

Autre chose, je constate que certains s’en prennent à Mr Pinault.
Une aubaine qu’il soit là, je l’ai déja dit à maintes reprises croyez moi !
Encore faut il que cet argent soit bien utilisé pour en faire une équipe compétitive et hélas, ce n’est pas le cas.
Encore merci le Manager !
Si il y a une personne à éjecter, c’est bien lui que diable !
Mais que fait la police bordel ?

3 mai 2013 à 20h51

Syracuse, quel argent ? je trouve qu’avec le 10ème budget le club se demmerde pas trop mal , il finit toujours plus haut.... alors ! tu veux voir nantes ou guingamp ne jamais rien gagner , ben envoie leur pinault , on sera tranquille , il ne donne plus de sous . En terme d’investissement , difficile de faire pire ! bravo à dréossi qui méme sans argent arrive à finir toujours dans la première partie du tableau .

the miz3 mai 2013 à 21h15

Bonjour a toi Mr S,ça faisait longtemps !
Pas d’accord avec toi Syracuse,Pinault est trop radin pour nous faire grandir.
Il a permis au Stade rennais d’être reconnu et respecter mais a un moment donné il faut quand même passé a la vitesse supérieur et pour ça faut investir.

Syracuse3 mai 2013 à 22h25

The miz
Salut l’ami .
Je sais bien que l’on n’est pas sur la même longueur d’onde concernant nôtre mécène. Tout est une question d’interprétation.
Tu trouves qu’il est je te cite, radin. Pour ma part, je pense que l’investissement de cet homme d’affaire au sein du club aurait du porter ses fruits bien avant. Chat échaudé craignant l’eau froide, peut être ( surement ) est il en train de recomposer sa stratégie. Moins de dépenses mais mieux utilisées.
En effet, cette manne financière est (a été) dilapidée plus souvent que l’inverse et les flops comparés aux bons coups sont majoritaires. Sans parler de la gestion intrinsèque de l’effectif qui est une vraie catastrophe.
Le caractère sportif pur et dur incombe à d’autres et avant tout au Manager qui porte à lui seul une grande responsabilité dans ces échecs répétés.
Il y a tout les ingrédients chez nous pour faire de ce club un grand. Cependant, tant que DREO et sa bande seront responsables du choix du recrutement et de la gestion de l’effectif, le constat sera encore et toujours le même.
Conclusion :
Mettons tout ce petit monde à l’ écart, remplaçons le par un groupe compétant et j’insiste là dessus et tu verras que le résultat sera tout autre.
Sans rancune.

vincent3 mai 2013 à 23h05

Car a Montpellier, Lorient, ou Nice, St étienne, il ya beaucoup plus d argent à Rennes...arretons...c est just que la paire Dréossi/Antonetti est inefficace, elle se perd dans des transfert ou des prets qui n apportent rien et qui affaiblissent le club et Si M.Pinault donnait plus d argent, elle serait gachés dans des transferts du style Erding.
D ailleurs je ne vois pas ou Antonetti va atterir, je ne vois quel club pourrait le prendre apres ses 4 années d echec au stade rennais.

vincent3 mai 2013 à 23h31

Et le salaire d alou diarra...cest au moins 100 000 euros pris en compte par Rennes par mois, pour quel résutat ??
Apres recruter Makoum pour deux ans....il se traine sur le terrain depuis le mois de janvier...c est ça l avenir ?
Et les Mensah, ILunga, ils auront apporter quoi ??? plus de taf pour le staff médical...

Stan4 mai 2013 à 01h22

Plutôt que de cracher sur votre club, soyez fiers de certaines choses. 900 personnes à l’entraînement de ce matin à Saint-Malo, ça s’est positif.
Les budgets n’ont jamais fait les classements finaux et la récession actuelle nous sera bénéfique à moyen terme. La priorité, c’est un nouveau projet de jeu appuyé par le centre de formation en améliorant la passerelle CDF - équipe première. Si on y parvient, l’avenir du club s’annonce radieux. Plus que jamais : Allez le Stade rennais.

vincent4 mai 2013 à 09h31

Quand on voit hier le match ST Etienne / Bordeaux ou apres le match nul , le public stéphanois siffle son équipe...je me dis , heureusment pour les dirigeants et les joueurs de que le public a rennes est plus calme....car vu nos performances, ça serait le bronca a chaque match.

vincent4 mai 2013 à 09h33

Et sinon a Rennes, toujours rien de nouveau, Dréossi , Saint SErnin toujours aux abonnés absents....impressionant.
Il ne réagit meme pas à sa demande de départ demandé par une bonne partie du public et des supporters.

4 mai 2013 à 09h34

Ce match de Nice je l’ai dans la tête depuis le match aller. S’il y a un match à gagner c’est bien celui-là.Des niçois tricheurs, truqueurs,comédiens... Bauthéac,Civelli donnent des coups en douce. Ils se roulent par terre pour obtenir des cartons.
Des joueurs au niveau de leur entraineur Puel à savoir pitoyables.

4 mai 2013 à 11h10

avoir un gros budget, pour faire quoi ?
les deux premières places l’année prochaine seront prises par Monaco et PSG
l’OM, l’OL, Lille vont se battre pour la troisième place
donc Rennes pourra viser entre la 6è et la 12è comme Bordeaux,Sainté, Toulouse, Nantes, Montpellier, Nice, Lorient...
autant avoir le 10è budget, avec un bon entraineur et de bons joueurs issus du centre de formation

4 mai 2013 à 11h27

Pour ceux qui s’interrogent sur la politique à venir du Stade, lisez ou relisez le message de STAN qui est partie prenante dans la gestion de ce forum.
Vous avez en quelques lignes la position semi-officielle du club.
Concernant la passerelle CDF-Equipe première et ton « avenir radieux », Mon cher Stan, regarde plutôt les classements (équipe B, U19, U17) de Rennes et du FC Nantes et tu verras qui a l’avenir le plus radieux !!
Il faut réellement arrêter de dire n’importe quoi.

4 mai 2013 à 11h37

a la longue de stagner nous finirons en L2,ça rappellera des souvenirs au plus anciens.

Louis G4 mai 2013 à 12h03

Bel accueil en effet des joueurs du Stade Rennais au Stade Marville de St-Malo...bien avant l’arrivée du car , des fans de tous les âges attendaient...on était loin de notre forum et on n’aurait pas pensé que le Stade Rennais venait de réaliser une saison médiocre !...les joueurs ont sans doute été surpris d’être ainsi « idôlatrés » loin de leur base rennaise...pour le Pays Malouin, le Stade Rennais restera toujours le Club phare de Bretagne et son équipe de l’USSM qui tutoie cette année avec une accession encore possible en National a aussi son « Pinault » en la personne de son Président Roland Beaumanoir qui s’est constitué son « empire » dans le prêt à porter bon marché !!...

The Breizh4 mai 2013 à 12h03

Pour assister à un changement et à une politique basé sur le jeu avec l’appui du centre de formation . Je vois pas d’autres solutions que le départ de Dréossi .

generationvdb4 mai 2013 à 12h04

« Anonymes », apprenez à signer vos posts, si le principe d’un forum est la discussion, on ne sait pas si les derniers coms émanent de la même personne, pour participer pour les autres c’est pas simple... Bon week end,
Forza Roazhon !!!!!!

Raoul Volfony4 mai 2013 à 13h35

Vous avez vu : Apam dit que « Rennes est un grand club ! Ils ont eu beaucoup de blessures cette année. »
Cela donne l’impression qu’il s’exprime comme s’il ne faisait pas ou comme s’il ne faisait plus partie du Stade Rennais ! Sinon, il aurait plutôt dit : « Rennes est un grand club ! NOUS AVONS EU beaucoup de blessures cette année » !

vincent4 mai 2013 à 13h50

Apam, ça fait trois ans qu’il est a Rennes, et vu qu’il a toujours été blessés, qu’il na quasi jamais joué, je pense que meme lui, ne sent pas vraiment rennais....car avec lui, Rennes a échoué sur toute la ligne , avec un transfert assez élevé. Quand nice , prend leur attaquant pour moins de 500 000 euros....et qu’il plante but sur but et que nous on prend Apam pour 5 millions d euros et qu ’il ne joue aucun match...c est la différence actuellment entre NIce et Rennes.
Le problème c est qu on a pris aussi Erding poru 8 millions ....Mensah...Ilunga etc , voila pourquoi Pinault doit en avoir assez de donner de l ARgent à la pair Dréossi/Antonetti , et si il donnait plus, l argent serait gaspiller dans des transfets du meme style.

vincent4 mai 2013 à 13h53

Et sinon Mahlheureusment, Apam ira au bout de son contrat, il a signé 4 ans....car qui va vouloir prendre un joueur qui se blesse continuellement....poru prendre Mensah et ILunga il n y a eu que Dréossi....
IL faut quand meme féliciter le staff médical, qui je pense donne son feu vert avant de recruter les joueurs... une remise en question ne leur fera pas de mal non plus.

CUISSARD4 mai 2013 à 16h03

Suivant des sources bien informées la marque de pansement TRICOSTERIL bien connue des sportifs devrait être le nouveau sponsor du Stade Rennais pour la saison prochaine.
Toujours de sources bien informées Dreossi devrait chausser les crampons demain face à NICE pour pallier les nombreuses absences diplomatiques.
Toujours de sources bien informées DREOSSI devrait s’accrocher comme une bernique à son rocher….
Toujours de sources bien informées DREOSSI et sa bande de recruteurs à 2 euros suivent de futurs espoirs au Zimbabwe, Aux iles SHETLAND et sur l’ile de Cezembre face à la belle demeure du sponsor PINAULT

4 mai 2013 à 17h46

Vincent ou la même rengaine a chaque post

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire ici
  • Votre commentaire sera publié après modération, sous réserve du respect des règles élémentaires d’orthographe, de syntaxe et de grammaire.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.